Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 13:47

MUNICIPALES 2008 La couleur brille… par son absence

Fadela, Rama, Rachida, l’impulsion donnée au niveau national n’a pas eu l’effet escompté au niveau local. Dommage ! Le Comité national pour la diversité vient de dresser un bilan des élections municipales. Affligeant ! Le Cran (Conseil représentatif des associations noires) avait pourtant averti : les listes « monocolores et sans diversité » seraient boycottées. Résultats : pratiquement aucun ! Sommation, mise en garde, rien n’y fait. La représentation, même locale, reste désespérément terne. Avant le scrutin, pas un seul maire ou conseiller municipal issu de la diversité dans les grandes villes. Pas davantage de conseiller général. Patrick Lozès, le président du Cran déplore « l’indigence » du nombre d’élus de la diversité. Et de préciser, « par diversité, j’entends les Noirs, les Magrébins, les Asiatiques mais pas seulement. » Traduction : le handicap ou l’orientation sexuelle sont aussi à prendre en compte. D’après l’enquête menée par le Cran et le Comité national pour la diversité, l’UMP et le PS n’auraient respectivement présenté que treize et sept têtes de liste de la diversité dans les villes de plus de 30000 habitants. Parmi ces vingt privilégiés, deux seulement ont été élus. Deux femmes : Rachida Dati dans le VIIe arrondissement de Paris et la socialiste Samia Ghali dans le VIIIe arrondissement à Marseille. Pour Abderrahmane Dahmane, secrétaire national de l’UMP et conseiller à l’Elysée, "les partis politiques sont nuls !". Surtout lorsqu’ils présentent des candidats de la diversité dans des villes imprenables... Autres chiffres étonnants, sur les 520 000 nouveaux conseillers municipaux en France, seuls 2000 sont des candidats de la diversité, soit 0,4 % (900 pour l’UMP, autant pour le PS).

Plus réjouissantes les cantonales ? Sur les 3800 conseillers généraux élus, seuls 14 sont issus de la diversité. Du coup, à défaut de les avoir influencé avant le scrutin, Patrick Lozès veut peser sur les partis politiques après. Le Comité national pour la diversité décernera désormais à l’issue des élections un "prix de la diversité républicaine", en prenant en compte le "programme, la composition de la liste et l’accession effective à des postes à responsabilité". Et les premiers lauréats sont... Bertrand Delanoë pour le PS et Alain Juppé pour l’UMP. Les cancres, eux, recevront le "prix du communautarisme". L’idée, sanctionner la liste la plus monocolore, celle qui aura le moins respecté la diversité. Premiers bonnets d’âne, François Puponni pour le PS et Christian Vanneste pour l’UMP. Le Cran milite toujours pour contraindre les partis à des objectifs chiffrés de candidats issus de la diversité sous peine de fortes pénalités financières, comme pour la parité. Le débat reste entier.

Jean-Marie Bagayoko

Partager cet article

Repost 0

commentaires

RNV en musique.

Les musiques illustre parfois nos articles.