Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 11:24

Vente des logements Icade : la colère monte

Le bailleur Icade se sépare de 8 600 logements dans le département. Les villes concernées montent au créneau pour que ce patrimoine bascule dans le parc social.

  Le vent de colère n’est pas retombé. Depuis que le bailleur Icade a annoncé sa décision de se séparer de 35 000 logements en région parisienne dont 8 600 dans les Hauts-de-Seine , les initiatives se multiplient pour éviter que ce patrimoine ne soit cédé à des bailleurs privés, avec le risque de voir les loyers grimper en flèche.

L’amicale de locataires de la cité des Poètes, à Malakoff, vient de lancer une pétition pour dénoncer cette vente. Sitôt les vacances scolaires terminées, ces locataires investiront les marchés afin d’informer la population et d’obtenir son soutien. Vendredi dernier, « consternée et indignée », la fédération départementale de la Ligue des droits de l’homme est montée au créneau.

« Si les loyers augmentent brutalement, les locataires ne pourront plus payer »


« La vente est une véritable atteinte aux droits au logement pour tous dans un contexte déjà si calamiteux », tonne Jean Ganeval, le président de la fédération des Hauts-de-Seine.

La grosse préoccupation des élus est de savoir qui va récupérer ces 8 600 logements. Le mois dernier, treize maires, toutes couleurs politiques confondues, avaient écrit au préfet et à Christine Boutin, ministre du Logement, pour demander des précisions sur la transaction. « Nous n’avons eu aucune réponse de qui que ce soit, gronde Catherine Margaté, maire (PCF) de Malakoff. Nous avons voté des voeux en conseil municipal et au conseil communautaire, pour conserver une dimension sociale à ces logements. »
Son de cloche quasiment identique à Sceaux. Le maire centriste Philippe Laurent a pris une délibération pour que la résidence des Bas-Coudrais soit protégée dans le cadre du plan local d’urbanisme (PLU) en cours d’élaboration. « Une majorité de ces logements doit redevenir sociale. Si les loyers augmentent brutalement, les locataires ne pourront plus payer », appuie Philippe Laurent. Pascal Buchet est maire (PS) de Fontenay-aux-Roses, où 1 500 logements sont concernés. « En dix ans, certains loyers ont été déjà triplés chez Icade, rappelle l’élu. La vente de leur parc est une opportunité de refaire du logement social. A Fontenay, les deux tiers de la population peuvent prétendre à une HLM. » Chez Icade, on se veut rassurant : « Bien sûr qu’il est possible de vendre à un bailleur social, tranche une responsable. C’est toujours l’option que nous privilégions. »




Le Parisien Olivier Bureau

 

A Asnieres ICADE PATIMOINE possède 627 logements aux Courtilles.

Que vont devenir les habitants dans les années à venir ?

J'invite tous les locataires à se mobiliser, à adhérer à l'amical des locataires, et de prendre contact avec la mairie.

Je rappel juste que la loi Boutin sur le logement est sur certains points nocive. 

Je crains que quelques décrets ne donnent comme résultat l'explusion de plusieurs centaines voir milliers de familles.

La crise est là est ICADE "spécule" encore sur les logements sociaux

LE MARCHE DU LOGEMENT EST DEVENU UNE MARCHANDISE COMME LES AUTRES, et les familles qui sont dans ces logements sont elles des marchandises comme les autres???

Pour plus d'infos me contacter.

Partager cet article

Repost 0
Published by Républicain - dans logement
commenter cet article

commentaires

RNV en musique.

Les musiques illustre parfois nos articles.