Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 10:46
VAL-D'OISE

Vives réactions après l'audition d'un enfant de 8 ans

NOUVELOBS.COM | 01.06.2009

Alain Juppé souhaite que la réaction soit proportionnelle aux faits reprochés et que "les dérapages" soient reconnus. François Bayrou dénonce pour sa part "un climat qui entraîne des dérives".

Alain Juppé (Sipa)

Alain Juppé (Sipa)

Après l'audition par la gendarmerie d'un enfant de huit ans impliqué dans une bagarre entre écoliers, François Bayrou a dénoncé dimanche 31 mai l'instauration d'un "climat (...) qui entraîne des dérives". Le socialiste Harlem Désir s'est lui élevé contre un "climat irrespirable" et des "dérapages inacceptables".
Selon Le Parisien Dimanche, un enfant de huit ans a été convoqué et auditionné pendant vingt minutes samedi à la gendarmerie de Courdimanche (Val-d'Oise) parce qu'il s'était battu avec un camarade d'école.
"C'est un climat qu'on est en train de créer qui entraîne des dérives", a dénoncé le président du MoDem sur Radio-J, faisant le lien avec l'arrestation le 19 mai de deux enfants de six et huit ans à la sortie de leur école à Floirac (Gironde) pour une affaire de vol de vélo. "C'est ce climat-là qui est responsable", a-t-il ajouté. "J'ai peine à croire que les fonctionnaires de police soient responsables de cela".

Pression sur les forces de l'ordre


L'ancien ministre de l'Education nationale a demandé que "la sécurité soit sereine, qu'elle sache remettre en place le fait qu'un enfant a huit ou six ans" et "qu'on ne se comporte pas face à un enfant de cet âge comme face à un délinquant adolescent ou adulte".
Harlem Désir, tête de liste PS aux élections européennes en Ile-de-France, a pour sa part estimé dans un communiqué que "ce nouveau dérapage est le résultat de la pression exercée par le pouvoir sur les forces de l'ordre".
"A l'approche des élections européennes, Nicolas Sarkozy a instrumentalisé médiatiquement les violences scolaires à des fins électoralistes" et son "discours ultrasécuritaire a contribué à stigmatiser les enfants et à créer un climat malsain", a-t-il jugé.

Manœuvres politiciennes


"Au lieu de se livrer à des manœuvres politiciennes, Nicolas Sarkozy et son gouvernement feraient mieux de rétablir la police de proximité et les postes de surveillants supprimés dans les écoles", a ajouté Harlem Désir, accusant le chef de l'Etat de "mettre la pression sur les services de police et de gendarmerie" et de les "pousser au dérapage sans résultat dans la lutte contre la délinquance".
Invité du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, dimanche soir, le secrétaire d'Etat chargé de l'Emploi Laurent Wauquiez a affirmé que les gendarmes avaient "juste fait ce qui était leur travail, c'est-à-dire leur obligation juridique", à savoir "entendre" l'enfant. "Ce qu'il y a de triste, c'est qu'il y a eu un dépôt de plainte juste pour une altercation", "il faut savoir raison garder", a-t-il jugé.

"Maladresses"


"Il y a un grand principe, c'est la proportionnalité de la réaction", a pour sa part déclaré Alain Juppé sur Europe-1. "Je pense que, dans cette circonstance-là, on aurait pu convoquer les parents sans traumatiser les enfants en les emmenant au commissariat de police", a avancé le maire de Bordeaux. "Il y a eu une très forte émotion dans la région" mais "je n'appellerais pas cela dérive sécuritaire".
"Il y a parfois des maladresses ou des dérapages. Il faudrait les reconnaître tout simplement - cela peut arriver - et dire: 'là on aurait dû procéder de manière plus progressive et moins brutale qu'on ne l'a fait'", a-t-il ajouté. "Et cela ne met pas en cause la politique sécuritaire dans son ensemble".

(Nouvelobs.com avec AP)

LA ENCORE, il y a matière à dire et à écrire des livres entiers...
Prenons un peu de recul sur le climat qui règne actuelement Notamment sur la politique sécuritaire qui c'est mise en place depuis les années 90...à commencer par le vocabulaire et le sens des mots et les liens qu'on y fait. Délinquance=insécurité, crimes=banlieue, racaille=cités, nettoyeur à haute préssion, émeutes etc... et pour finir "casse toi pauvre con".


Les violences ou plutôt les atteintes à l'intégrité physique des personnes ont explosés ces dernieres années pour autant les prisons sont toujours aussi pleines...
La vie est depuis longtemps devenue "violente", la France n'est elle pas le pays ou l'on consomme le plus de psychotrope?
Récemment un patron-voyou  , un de plus, a été pris en flag par un de ses employés, alors qu'il préparait la délocalisation sauvage de son entreprise. Ca c'est pas de la violence?

Que veulent les français (tous les français)? la paix social et la tranquilité donc la liberté.
Comment obtient on ces résultats ? Quelle est la solution la plus simple, le tout sécuritaire avec un faux semblant de prévention? Allez hop tout le monde en taule!
Encore faut-il que les prisons soit construitent!
Nous avons aussi le choix de bien comprendre toute la complexité du problème de la fameuse "Politique de la Ville" 
Ce choix là est certe le plus difficile mais le jeu en vaut-il la .........

Que les élites et les partis politiques arretent leur "consanguinités" et de stigamtiser les cités,les banlieues.
Que les habitants des quartiers populaires arretent la victimisation, et l'auto-exclusion.

C'est en regardant ensemble vers le passé que nous pourrons refermer des plaies encore ouverte pour enfin construire l'Avenir.

J'oubliais. Est-ce de la parano de dire que c'est un petit noir qui c'est retrouvé chez les gendarmes???

Aprés Al Qaida à Floirac, Fofana à Courdimanches.

A bon entendeur...

Partager cet article

Repost 0
Published by Républicain - dans sécurité
commenter cet article

commentaires

RNV en musique.

Les musiques illustre parfois nos articles.