Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 12:19

Discriminations : en France, la prise de conscience progresse plus vite que la mise en oeuvre d'actions


Ils sont jeunes, français, diplômés du supérieur, de parents maghrébins, africains, antillais. N'imaginaient pas faire leur vie ailleurs que dans ce pays qui est le leur, où ils ont grandi, ont leurs amis, que leurs parents avaient choisi pour un avenir meilleur. Mais voilà que, depuis quelques années, une évidence s'impose : la meilleure façon, pour eux, de réussir, c'est de s'expatrier.

En Grande-Bretagne et en Irlande, bien sûr, quoique un peu moins depuis la crise. D'autres pays européens prennent le relais : Pays-Bas, Allemagne, Belgique, Norvège et Danemark. Des destinations plus lointaines, surtout, font une percée. Le Canada est sans conteste l'engouement du moment. Suivi des Etats-Unis d'Obama. Mais aussi de l'Asie (Hongkong, Singapour, Shanghaï). De pays comme l'Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, avec lesquels des accords ont été signés (Programmes vacances-travail) pour faciliter l'installation temporaire des 18-35 ans. Enfin, les pays du Golfe (Emirats arabes unis, Qatar), qui séduisent un nombre grandissant de demandeurs d'emploi d'origine maghrébine.

Aucune statistique ne mesure l'ampleur exacte de cet exil. Restent les indices qui s'accumulent. Au Pôle emploi international, le réseau public français de placement à l'international, la demande va crescendo. On estime à 2,5 millions les Français installés à l'étranger. Chiffre qui a triplé en une décennie. Depuis deux ans, le Pôle reçoit toujours davantage de jeunes des minorités visibles, qui tiennent un même discours : " Le marché français est sans espoir. J'ai bac+5, je cumule les CDD, je n'avance pas, rapporte le directeur, Jalil Erik Sadiki. Ils veulent quitter une société dont ils ont l'impression qu'elle ne leur fait pas confiance, et ceux qui reviennent sont transfigurés. Estime de soi retrouvée. "

Fin 2006 déjà, le magazine de la diversité, Respect, titrait " Ciao la France ! " Des centaines de courriels dans la foulée, pour dire : " Moi aussi j'y songe. " " Pour la plupart, c'est clair, l'avenir est ailleurs, en conclut le directeur de la rédaction, Marc Chebsun. A partir du moment, qui est long à venir contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, où l'on met un mot sur ce qui arrive, le mot “discriminations”, une vraie rupture s'amorce. " Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, ne peut, lui aussi, que constater que " beaucoup de jeunes pensent à cette échappatoire ".

Il regrette le temps des combats plus collectifs. Tout en comprenant. " Cette population est de plus en plus diplômée, française, peut prétendre aux postes de direction. Cela crée une impatience. Ils ne veulent pas refaire le parcours de leurs parents. Or ces jeunes se trouvent face à un système qui fonctionne au réseau, avec un mode de recrutement très archaïque, des élites très aristocratiques. "

Les cabinets de recrutement spécialisés dans la promotion de la diversité assistent, aux premières loges, à ce phénomène d'expatriation. " Un mouvement qui a toujours existé, mais que la crise dope, puisque la situation de ces jeunes sur le marché du travail, en période de récession, est encore plus difficile ", souligne le directeur général de Mozaïk RH, Saïd Hammouche.

L'AFIP (Association pour l'intégration professionnelle) organisait récemment un colloque sur le sujet. Sa directrice, Carole Da Silva, témoigne : " Chaque année, nous suivons environ 200 jeunes diplômés des minorités visibles, pour les trois quarts ayant au moins bac+5. Environ 20 % de ces ingénieurs, commerciaux de haut vol, juristes, traders, font le choix de l'expatriation. "

La crise a fait grimper le taux de chômage des jeunes à 22 %. Doubler le taux de chômage des jeunes diplômés des zones urbaines sensibles ayant au moins bac+3, entre janvier 2008 et 2009. Et pour les minorités visibles, l'impression domine que ces cinq dernières années les discriminations ont stagné (45 %) ou augmenté (34 %), plutôt que de régresser, indique un sondage du Cran, daté d'avril.

Tout cela en dépit de l'installation d'une Haute autorité (Halde) chargée d'y mettre un terme, de la signature de moult chartes, de l'apposition de labels, de l'apparition de " chargés de la diversité " dans les grandes entreprises, d'un commissaire à la diversité au gouvernement. Les Français, à 84 %, admettent volontiers qu'il y a un problème d'accès au travail pour les jeunes diplômés issus des quartiers, selon un récent sondage OpinionWay/Mozaïk RH.

" Mais un Français sur deux considère que ce sont les jeunes qui ont des problèmes d'intégration, commente Saïd Hammouche. La force des préjugés est toujours tellement puissante qu'elle génère le fait discriminatoire dans les entreprises. En moyenne globale, les 3 millions d'entreprises françaises n'ont pas bougé. Une trentaine seulement ont un vrai plan d'action, dont cinq ou six une réflexion poussée. " Paradoxal, pour le directeur de la rédaction de Respect : " Les choses progressent, ne serait-ce que dans la prise de conscience, mais dans la mise en œuvre d'actions, il y a des pesanteurs très françaises. On n'obtient donc pas de processus d'évolution significatifs et massifs. " Bref, à l'échelle individuelle, rien ne change.


Pascale Kremer Le Monde.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Républicain - dans emploi-formation
commenter cet article

commentaires

RNV en musique.

Les musiques illustre parfois nos articles.