Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 21:01

Des alternatives aux statistiques ethniques

Discriminations . Vingt-deux scientifiques ont présenté hier leur contre-rapport. Objectif : dénoncer les risques de racialisation de la société française.

Présentée comme un tabou à briser par Nicolas Sarkozy, la question des statistiques ethniques a pris de l’ampleur lors de la création par Yazid Sabeg du COMEDD (comité pour la mesure et l’évaluation des discriminations et de la diversité) le 23 mars dernier. Ce comité, présidé par François Héran, directeur de l’INED, est composé d’une trentaine de personnalités dont des représentants d’entreprises (le directeur mondial du recrutement et de la diversité chez L’Oréal ou la présidente de Citizen Capital). En réponse à ce comité contesté, vingt-deux scientifiques ont mis en place une « commission alternative et indépendante », la CARSED (1), pour décrypter les fonctions et les dangers du comptage ethnique.

Hier matin, à l’École des hautes études en sciences sociales, anthropologues, sociologues, démographes, historiens et juristes ont rendu leurs conclusions dans un livre intitulé le Retour de la race. « C’est un projet politique de société qui menace les libertés et la lutte contre les discriminations. L’étiquetage ethnique relève du domaine du privé. La supercherie consiste à faire croire que la prise en compte de l’origine pourrait correspondre à la promotion de la mixité. C’est tout le contraire. C’est ni plus ni moins, la mise en place d’un dispositif de traçabilité », s’insurge Gwenaële Calvès, juriste. D’autres, comme l’historien Alain Blum ou l’anthropologue Jean-Loup Amselle, ont clairement pointé leur refus de « racialiser » la population française et d’utiliser le ressenti d’appartenance comme un critère d’identité figé. « Il est illusoire de penser pouvoir décrire la discrimination avec un seul chiffre. Aucun instrument de mesure ni aucun outil statistique ne pourra quantifier précisément l’ampleur de ce phénomène multiforme », peut-on lire dans le rapport. Aux définitions fermées des identités et aux replis communautaires, les membres de la CARSED opposent « des études ponctuelles en profondeur qui scrutent les modes de discrimination, les discriminateurs et les discriminés pour en comprendre les motifs et proposer des moyens d’action concrets ».

(1) Commission alternativede réflexion sur les « statistiques ethniques » et les discriminations.

l'humanité.fr


Si j'ai bien compris il y a 2 commissions, une pour les statistiques ethniques et l'autre qui est contre.

Dont acte et aprés on fait quoi ?

Délicate question que celle de la race, de tout temps il y a eu la "sacralisation" et la négation des races. 

Aujourd'hui les hommes se mélangent beaucoup plus et beaucoup plus facilement. 

Une fois de plus dans ces histoires de diversité, l'hypocrisie ou la naiveté de nos élites est toujours au rendez vous.

Les fichiers ethniques existent déjà : certains s'en sont servis certes ce sont des fichiers et pas des statistiques.

Pour parquer les pauvres dans les guetthos et les cités là on sait faire des fichiers ou même pour cibler l'électorat ça aussi on sait faire.

Pour moi la vrai question est: est-ce que les gens veulent (vraiment) vivre ensemble???

A bon entendeur...Salaud

Partager cet article

Repost 0

commentaires

RNV en musique.

Les musiques illustre parfois nos articles.