Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 18:46

De la diversité à l'identité, le virage de Nicolas Sarkozy, par Philippe Bernard

LE MONDE | 20.01.10 | 13h39  •  Mis à jour le 21.01.10

L'"identité nationale" est une réalité lentement façonnée au fil des ans, des siècles, au gré de l'histoire sociale et politique du pays et notamment des migrations qu'il accueille. Rien à voir avec le rythme endiablé avec lequel l'exécutif français actuel instrumentalise les ingrédients du "vivre ensemble", émet des messages contradictoires et fait se succéder des séquences incohérentes, au risque de compromettre ce fragile équilibre.

Qui s'en souvient ? Il y a quelques mois, la France était plongée, sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy, dans un débat sur les "statistiques ethniques" et la "discrimination positive". A l'époque, il s'agissait de faire évoluer la tradition républicaine d'indifférence aux origines et à la couleur de peau, dans l'intention affichée de mieux lutter contre les discriminations. M. Sarkozy disait alors vouloir réhabiliter les "minorités visibles". "La France doit relever le défi du métissage que nous adresse le XXIe siècle", déclarait-il. Volonté de promouvoir une nouvelle idée de l'égalité ? Fascination pour le modèle américain et récupération de l'Obamania ? Clin d'oeil aux nouveaux électeurs issus de l'immigration ? L'ardeur présidentielle à défendre le respect de "la diversité" était telle qu'il souhaitait même l'inclure dans la Constitution.

En ces temps pas si anciens, Yazid Sabeg, nouveau "commissaire à la diversité et à l'égalité des chances", affirmait que la France était "sur la voie de l'apartheid", et prônait une loi destinée à autoriser le recueil de données sur les origines. Fort controversée, cette perspective fut abandonnée en mai 2009. Mais le comité chargé par M. Sabeg de proposer des outils concrets de "mesure de la diversité" a poursuivi son travail, annonçant son rapport pour juin. Sept mois plus tard, ce document rédigé sous la direction de François Héran, ancien directeur de l'Institut national d'études démographiques (INED) n'a toujours pas été publié.

C'est qu'entre-temps le vent politique a tourné. Au moment même où, cet automne, le chef de l'Etat était censé tirer les conclusions de cette vaste réflexion, il chargeait Eric Besson de regarder le pays au fond de son identité nationale. On connaît la suite : une petite musique quotidienne qui suggère à l'opinion que la France n'est plus ce qu'elle était depuis que des immigrés, parfois des musulmans, y font souche.

Cette fois, plus question de promouvoir une France métissée, mais de s'en inquiéter. Plus question de lutter contre les discriminations mais de montrer du doigt ceux qui font tache. Après avoir craqué l'allumette des "statistiques ethniques", M. Sarkozy joue les pompiers pour recoudre une identité nationale menacée.

Pourquoi, au risque de semer la confusion, le président de la République a-t-il si radicalement changé d'option ? Le rapport de Simone Veil qui, en décembre 2008, refusait la reconnaissance des différences ethniques dans la sphère publique et a fortiori dans le préambule de la Constitution ne semblait pas l'avoir ébranlé : M. Sarkozy y avait répondu par un pied de nez en nommant sur-le-champ M. Sabeg.

Les incertitudes politiques et la crise économique ont probablement eu raison des convictions du chef de l'Etat. Avec un chômage galopant et des élections régionales difficiles en perspective, il n'était plus question d'entonner un discours susceptible d'être perçu comme favorable à la promotion, y compris dans l'emploi, des personnes issues de l'immigration.

Le message subliminal de l'"identité nationale" - celui de l'hostilité envers les allogènes - est supposé plus rassurant pour l'électeur. De fait, conjugué à la polémique sur la burqa, il s'avère efficace pour reléguer au second plan les difficultés économiques. Les polémiques suscitées par Eric Besson et Jean-François Copé occupent nettement plus de place dans les médias que les 450 000 chômeurs supplémentaires enregistrés en France en 2009.

La ficelle a déjà servi. En 1932, en pleine dépression économique et vague xénophobe, une loi permit la fixation de quotas d'étrangers dans les entreprises. Dans les années suivant le choc pétrolier de 1973, le thème du remplacement des immigrés maghrébins par des Français était un refrain gouvernemental que le Front national a su ensuite exploiter.

Surprise : ce ressort-là semble aujourd'hui grippé. Le débat sur l'identité nationale intervient alors que les Français ont d'autres soucis. La "perte de l'identité nationale" n'arrive qu'en 11e"craintes pour la société française" exprimées dans un sondage CSA de novembre 2008 confirmé en novembre 2009 position parmi les par une enquête inédite. Ce travail, réalisé depuis vingt ans pour la Commission nationale des droits de l'homme, reflète une acceptation relative mais croissante de la diversité française.

Ainsi, 60 % des personnes interrogées en 2000 estimaient qu'il y avait "trop d'immigrés" en France ; ils ne sont plus "que" 39 % aujourd'hui. De même, 73 % des Français considèrent les immigrés comme "une source d'enrichissement culturel ", alors qu'ils n'étaient que 42 % en 1992.

Loin des clichés exploités par le ministre de l'immigration et de l'identité nationale, tout se passe comme si les Français avaient développé une certaine résistance à la manipulation de l'ethnicité et du sentiment national.


Philippe Bernard (Service International)


Vous avez (bien) tout lu?  il y a trop choses à dire.

Je n'en dirais qu'une!

MERCI à Philipe Bernard.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

RNV en musique.

Les musiques illustre parfois nos articles.